Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Célimare.

Ah ! je suis allé chez vous la semaine dernière…


Vernouillet.

Vous n’êtes resté que cinq minutes…


Célimare.

J’étais pressé…


Vernouillet.

Autrefois, vous passiez toutes vos soirées à la maison… nous faisions, le domino…


Célimare, à part.

S’il croit que ça va continuer !


Vernouillet.

Certainement… quand j’ai perdu ma femme… ça m’a fait de la peine… mais je me disais : "Célimare me reste."


Célimare, lui serrant de nouveau la main.

Ah ! cher ami, cher ami… (À part.) Il est un peu ennuyeux !


Vernouillet.

Lorsque vous m’avez fait part de votre mariage… je me suis dit : "Tant mieux, cela me fera un intérieur…"


Célimare.

Ah !


Vernouillet.

"Il venait chez moi… j’irai chez lui…" Mais je vois bien que c’est un rêve… vous ne m’aimez plus !


Célimare.

Vernouillet, voyons, Vernouillet, pas d’enfantillages.


Vernouillet, se levant.

Ainsi, dernièrement, vous m’avez froissé… cruellement froissé.