Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Bernard.

À votre femme, que j’aime sincèrement.


Carbonnel.

Colonel !


Bernard.

Vous n’êtes pas jaloux, j’espère ?

Il remonte prés de la cheminée, en lui tournant le dos.


Carbonnel.

Non !… mais j’y vois clair !… j’y vois très clair !…


Bernard.

Je ne vous ai jamais dit le contraire.


Carbonnel, remontant.

Et j’ai remarqué qu’un monsieur se permettait de faire la cour à ma femme…


Bernard.

Un de vos amis ?


Carbonnel.

Vous penserez sans doute, comme moi, qu’il est inutile de le nommer ?


Bernard.

Oh ! pardon !… j’ai été indiscret !

Il s’assied près de la cheminée.


Carbonnel.

Ce… ce monsieur !… je ne le qualifierai pas autrement… ce monsieur adresse à Elisa des bouquets… et des lettres brûlantes… (appuyant) qu’on jette au feu !


Bernard, riant.

Alors, elles sont d’autant plus brûlantes !