Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Carbonnel, à part.

Hein ? il fait des jeux de mots, je crois ! (Haut.) Bien plus, il s’introduit chez moi, ce…


Bernard.

Ce monsieur ! c’est convenu !


Carbonnel.

Il s’y établit, il s’y impose, il s’y carre dans les fauteuils, et, dans ce moment, je cherche à m’en débarrasser… Vous comprenez ?


Bernard, se levant.

Parfaitement !… Eh bien, moi, à votre place, Carbonnel, j’aurais confiance en ma femme… je dormirais sur les deux oreilles.


Carbonnel.

Vraiment ? (À part.) Il va me conseiller de fermer les yeux.


Bernard.

Ou plutôt faites mieux… Vous m’invitez à dîner…


Carbonnel.

Moi ?


Bernard.

J’accepte, sans façon… c’est aujourd’hui votre jour… ce monsieur se présentera sans doute… je le verrai, je lui parlerai…


Carbonnel, à part.

Ah çà ! il ne veut pas comprendre ! . : . (Haut.) Colonel, la patience a des bornes !…


Bernard.

Allons, du calme, Carbonnel, du calme !… Je monte voir votre appartement.


Carbonnel.

Permettez…