Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Elisa.

Merci ! (Remettant le second bracelet à Bernard.) Colonel…


Carbonnel, à part.

Me revoilà avec mes sept francs !


Isidore, entrant, avec une note à la main.

Monsieur, il y a là un garçon frisé, de chez Véfour…


Carbonnel, à part.

Ah ! mon Dieu ! la note !…


Isidore.

Il dit que ces messieurs ont fait ouvrir les huîtres… qu’ils les ont mangées… (Présentant la note.) Total, cent soixante-neuf francs.


Carbonnel, bas à Elisa.

Rends-moi la bourse !


Elisa.

Oh ! que non !… (Donnant la bourse à Isidore.) Payez et rapportez-moi le reste.

Isidore sort.


Carbonnel, avec une fureur concentrée.

Et devant lui !


Bernard, à Elisa.

À quelle heure, madame, pourrai-je vous prendre demain, pour aller choisir ma corbeille ?


Carbonnel.

Comment, votre corbeille !… vous vous mariez ?


Bernard.

Je suis venu de Marseille exprès pour ça !


Carbonnel.

Vous étiez à Marseille ?