Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène V

Tronquoy, Lambert, Fourchevif



Tronquoy, à la cantonade.

Par ici, entrez, monsieur.

Lambert paraît au fond, il porte une blouse et une boîte de couleurs à la main.


Lambert, saluant.

Monsieur, c’est bien au propriétaire du château que j’ai l’honneur de parler ?


Fourchevif, se levant.

À lui-même, monsieur.


Tronquoy, à part, examinant le costume de Lambert.

Après ça, il n’est pas mieux mis que moi.


Lambert, à Fourchevif.

Monsieur, vous avez, au bout de votre parc, un rocher célèbre parmi les artistes qui viennent en Dauphiné ; et je viens vous demander la permission d’en faire une étude.


Fourchevif.

Ah ! c’est pour ça… Alors, Monsieur est artiste ?

Il remet sa casquette.


Lambert.

Oui, monsieur ; couvrez-vous donc, je vous prie.


Fourchevif.

Ma parole, je ne sais pas ce que vous avez tous après mon rocher. C’est une grosse pierre comme les autres.