Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Célimare.

Mais c’est vous seul.


Vernouillet.

Alors, pourquoi me négligez-vous ?…


Célimare.

Moi ?… mais je me jetterais dans le feu pour vous… Tenez… demandez-moi un service, un petit service.


Vernouillet.

Des phrases ! J’ai acquis aujourd’hui la preuve de votre parfaite indifférence.


Célimare.

Comment ?

Vernouillet, avec amertume - Célimare… c’est aujourd’hui ma fête !


Célimare, à part.

Allons, bien !… (Haut, voulant l’embrasser.) Cher ami, permettez…


Vernouillet, l’écartant.

J’ai attendu votre bouquet ce matin…


Célimare, à part.

Ah ! bigre !…


Vernouillet.

Depuis cinq ans… c’est la première fois que vous l’avez oublié.


Célimare.

Oublié ?… par exemple !… Je l’ai commandé… il va venir.