Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Armand.

Je te cherchais… Je voulais te demander la permission de me retirer !… As-tu eu l’obligeance d’écrire ces lettres de recommandation que je t’avais demandées pour New York ?…


Georges.

Non… J’espérais toujours que tu ne partirais pas.


Armand.

Ce départ est nécessaire…indispensable.


Georges.

Armand !


Armand.

Quoi ?


Georges.

Tu nous écriras, n’est-ce pas ?


Armand.

Oh ! souvent ! Et tu me répondras, tu me donneras de tes nouvelles… de celles de Thérèse… (avec effort) de ta femme…


Georges.

Oh ! si tu savais comme je souffre !


Armand.

En effet… tu es pâle…


Georges.

Je lutte… Je combats… contre une douleur…


Armand.

Une douleur ? laquelle ?


Georges, vivement.

Celle de te voir partir… D’un autre côté… Je comprends…