Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Verdinet.

Ah ! si je m’attendais à vous rencontrer dans les Pyrénées…


Hector.

Et moi donc ! (Il pose son chapeau sur les meringues.) Comme on se retrouve !… Qu’est-ce qu’on fait à Paris ?


Verdinet.

On fait 69 70.


Hector.

Toujours agent de change ?


Verdinet.

Toujours !… Parlez, j’ai mon carnet.

Il le tire de sa poche.


Hector.

Comment ! d’ici ?


Verdinet.

Par le télégraphe… Nous disons deux cents Saragosse ; on lutine beaucoup les Saragosse, en ce moment.


Hector.

Oh ! merci : je n’ai pas le cœur aux affaires : je suis amoureux.


Verdinet.

Amoureux ! (Remettant son carnet dans sa poche.) Rien à faire !


Hector.

Je n’ai pas de chance !… celle que j’aime est mariée…


Verdinet.

Eh bien, ça vous arrête ?