Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’heure, en revenant de la poste, il nous a raconté ses malheurs…


Henriette.

Il a tenté de se suicider avec du laudanum.


Verdinet, étonné.

Tiens !


Madame Désaubrais.

Parce qu’au bout de six mois de mariage, il a été trompé par sa femme.


Verdinet, étonné.

Tiens !


Galinois, bas à Verdinet.

C’est comme vous.


Verdinet, bas.

Taisez-vous donc !

Il remonte.


Galinois, à part.

Ils se sont donc tous donné rendez-vous ici ?


Madame Désaubrais.

Comprend-on qu’une femme soit assez oublieuse de ses devoirs pour quitter le foyer conjugal !


Galinois, bas à madame Désaubrais.

Vous avez tort de lui dire ça…


Madame Désaubrais.

Pourquoi ?


Galinois.

C’est maladroit !… On ne rappelle pas ces choses-là !