Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Martin.

Il y en a de drôles.


Hernandez.

Ils riaient tous à se fendre la narine en quatre… pas moi !… parce qu’à la dernière, j’ai cru qu’ils voulaient me faire poser.


Martin.

Toi ? pas possible !


Hernandez.

Je t’en fais juge… et après, nous verrons ! Il paraît qu’un de leurs amis, qui n’était pas là, a pour maîtresse une femme mariée… et, quand il veut donner un rendez-vous à sa belle, il fait à la craie une raie dans le dos du mari… en travers, ça veut dire : "J’y serai."


Martin.

Oh ! que c’est bête !


Hernandez.

Et, au contraire, quand il ne peut pas aller au rendez-vous… il fait une raie en long… ça veut dire : "Je n’y serai pas."


Martin.

Mais c’est impossible ! le mari s’en apercevrait. Essaye donc de me faire une raie dans le dos.

Il se tourne et montre une raie verticale dans le dos.


Hernandez.

Ah ! caraï !…


Martin.

Va, essaye…


Hernandez.

Mais tu l’as !