Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans le wagon… Loïsa s’est trompée de pied ; son brodequin est venu caresser ma bottine.


Hernandez, exaspéré.

Et tu n’as pas étranglé ton rival ?


Martin.

J’ai été plus fin… j’ai rendu pression pour pression… pour voir jusqu’où ça irait.


Hernandez.

Et jusqu’où ça a-t-il été ?


Martin.

Le lampiste a allumé et elle a retiré son pied.


Hernandez, poussant un soupir de soulagement.

Dieu garde le lampiste !


Martin.

Et tu me demandes si je serai ferme jusqu’au bout ? Sois tranquille, ma haine le couve !


Hernandez.

Tu le dorlotes trop !


Martin.

Quand un homme est condamné à mort, on lui accorde toutes ses fantaisies, du poulet, du tabac, de l’eau-de-vie…


Hernandez.

Je trouve ça bête.


Martin.

C’est l’usage chez les nations civilisées. Dans ce moment, c’est du laudanum qu’il lui faut.


Hernandez.

Et du calme, du silence, a dit le médecin.