Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Martin.

C’est une belle et bonne indigestion… Je viens de lui commander un… Comment veux-tu que j’appelle ça ?… à l’eau de son.


Hernandez.

Il a trop mangé avant-hier.


Martin.

Il s’est bourré de fraises et de fromage à la crème… il ne nous a laissé que le saladier !


Hernandez.

Il est répugnant à voir manger !


Martin, à part.

C’est ça… abîmons-le ! (Haut.) Répugnant ! Voilà le mot.


Loïsa.

Tenez, vous êtes insupportable. (À Martin.) Quand on a un ami malade, je ne comprends pas qu’on s’exprime de la sorte.


Martin.

Mais…


Loïsa.

Vous avez vraiment bien peu de charité ! Laissez-moi !

Elle entre dans sa chambre.


Scène X

Martin, Hernandez ; puis Pionceux



Martin, la regardant sortir.

Comme elle l’aime ! Elle ne prend même plus la peine de s’en cacher.