Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Martin.

C’est un forfait !


Hernandez.

Tu voulais bien le jeter dans le trou.


Martin.

Le trou… c’est un incident de voyage, tandis que la fiole…


Hernandez.

Voilà bien la vieille Europe… flasque et sans énergie !… mais chez moi, sous ma zone… on échange continuellement des petites poudres dans des verres d’eau sucrée, on arrange des bouquets de roses qu’il suffit de respirer, et on n’est pas mal vu pour ça.


Martin.

Je ne dis pas…


Hernandez, lui tendant la fiole.

Allons !


Martin.

Non, tiens, décidément, ça ne me sourit pas… le trou me souriait, mais pas la fiole.


Hernandez, reposant la fiole sur la table.

Très bien… laisse-le rentrer à Paris… on va le soigner, lui bassiner son lit… avec du sucre, et, dans un mois, quand il sera bien portant, tu ramèneras ta femme.

Martin.- Saperlotte !


Hernandez.

Et ils continueront à tracer leur petit signal sur ton dos complaisant.