Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’une des dernières expéditions de ce genre et des plus tristement remarquables fut celle qui eut lieu en 1685 après la défaite du duc de Montmouth, et qui alla peupler d’esclaves la Jamaïque. Plus de mille prisonniers furent ainsi condamnés à la transportation, et ce qui est plus abominable que la peine, partagés comme un bétail entre les seigneurs et les dames de la cour qui vendaient ces misérables à des marchands de chair humaine. C’était la traite des blancs avec toute l’inhumanité de la traite des noirs[1].

À côté des convicts il y avait des engagés ou serviteurs par contrat (indented servants)[2], ce qui dura jusqu’à la révolution, et ce qui explique le nom de freemen donné dans toutes les constitutions aux citoyens américains. Comme la plupart des émigrants n’avaient pas le moyen de payer le passage, on se chargeait de les transporter moyennant qu’ils donneraient à un maître quelques années de service, cinq ans en général, quatre ans dans l’usage le plus doux. En soi, cela n’avait rien d’exorbitant ; mais ce qui était condamnable, c’est la façon dont on traitait les engagés. Des marchands les achetaient en Angleterre pour

  1. Voy. infra, XIIe leçon. Le Maryland.
  2. L’Indenture est un vieux mot français resté dans la langue du droit anglais, et qui désigne un acte dont on a détaché un talon dentelé, pour constater, par le rapprochement des deux morceaux, l’authenticité de la pièce produite ; c’est ce que nous avons nommé charte-partie.