Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SEPTIÈME LEÇON.
suite de l’histoire des colonies de la nouvelle-angleterre.
1. new-plymouth. (suite.)
Messieurs,

Nous avons vu dans la dernière leçon, comment l’Eglise anglicane, effrayée des principes républicains du puritanisme, avait essayé de se débarrasser par la persécution de ces terribles niveleurs, et je vous ai dit comment les sectaires les plus ardents, les brownistes, fatigués de leur exil en Hollande, s’étaient décidés à partir pour l’Amérique, sur l’assurance assez imparfaite que le roi Jacques ignorerait leur existence et ne les persécuterait pas.

Ce fut en 1620, le 17 septembre, après un jeûne solennel, que ces émigrants, les pèlerins, les pères, (father pilgrims), comme les nomme le pieux respect de la postérité, partirent, au nombre de cent personnes, sur le vaisseau la Fleur-de-Mai (May Flower), plus célèbre aujourd’hui dans les annales de l’Amérique que le navire Argo ne l’a jamais été chez les Grecs.

Leur destination était aux bords de la rivière