Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/540

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nées de Code civil ont fait de la société française un peuple tout nouveau et y ont tellement développé l’esprit démocratique que nous ne comprenons plus les idées de nos pères. La révolution en ce point est si profonde que ceux mêmes qui aujourd’hui rêvent un autre gouvernement que la république, ne peuvent imaginer que des institutions démocratiques, quelque chose comme la monarchie belge, c’est-à-dire une démocratie, avec un président héréditaire sous le nom de roi. Cet état de choses ne vient pas des dix constitutions contraires que nous avons usées si vite, il vient du Code civil ; c’est lui qui a nivelé la France, lui seul.

On voit, par cet exemple, quelle est l’énergie des lois de succession. Elles font le passage du droit politique au droit civil, et par le droit civil influent sur les mœurs et l’état social. Grâce à ce double caractère, elles sont pour l’historien et pour le philosophe, le thermomètre exact de la condition d’un peuple à un moment donné.

Les lois de succession dans les colonies vont donc nous montrer comment ce principe nouveau d’égalité modifia et transforma les coutumes de la métropole.

La loi anglaise toute féodale, tout aristocratique dans son esprit, ne s’explique que par son origine ; le fief étant un domaine qui devait fournir au service militaire, c’est en vue de ce service