Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/563

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment, et toutes ces histoires, soit en anglais, soit en français, ne sont autre chose que des monuments de l’ignorance complète de leurs auteurs sur ce sujet.

« Il faudrait la vie entière et la plus longue, à commencer dès l’âge de vingt ans, pour assembler de toutes les nations et de toutes les parties du monde dans lesquelles ils sont déposés, les documents propres à former une histoire complète de la guerre américaine ; parce que c’est proprement l’histoire du genre humain dans toute cette époque. Il faut y réunir l’histoire de France, d’Espagne, de Hollande, d’Angleterre et des Puissances neutres, aussi bien que de l’Amérique. Les matériaux en devraient être assemblés de toutes ces nations, et les documents les plus importants de tous, aussi bien que les caractères des acteurs et les ressorts secrets des actions, sont encore recelés dans les Cabinets et en chiffres.

« Soit que vous, Monsieur, entrepreniez de donner une histoire générale ou simplement des remarques et observations semblables à celles que vous avez données sur les Grecs et les Romains, vous produirez un ouvrage extrêmement intéressant et instructif pour la morale, la politique, la législation, et je me ferais un honneur et un plaisir de vous fournir tous les petits secours qui seront en mon pouvoir pour la facilité de vos recherches. Il m’est impossible de vous dire si le gouvernement de ce pays souhaiterait de voir quelque ouvrage profondément écrit, et par un auteur d’une grande célébrité, en langue française. Il est question d’exposer des principes de gouvernement si différents de ce qu’on trouve en Europe, surtout en France, qu’on ne verrait peut-être pas une entreprise pareille d’un œil indifférent ; c’est cependant une chose dont je ne me crois pas le juge compétent.

« Permettez, Monsieur, que je finisse cette lettre en vous donnant une clef pour toute cette histoire. Il y a une analogie générale dans les gouvernements et les caractères de tous les Treize-États ; mais ce ne fut que lorsque les débats et la guerre commencèrent en Massachus-