Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/101

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et c’est comme une attente augurai e, et tu souffres.
Croyant ouïr encor — tant le silence écoute —
Les siècles haletants, cabrés au bord des gouffres.
Où le néant rentra pour leur barrer la route...

Mais tu sais à présent les cycles révolus.
Et dans l’extase étrange où ton émoi s’achève
La force universelle et brutale n’est plus
Qu’un souffle harmonieux descendu sur ton rêve.

Un charme l’a soumis à son dessein suprême,
Et selon la ferveur nouvelle qu’il te prête.
Pour qu’elle communie au plus pur de toi-même.
L’a faite humble et chantante aux lèvres du Poète !

...Ton front semble grandir ; tu regardes, tu pries.
Alors qu’un sentiment dont ton cœur s’est rempli.
Fait de joie et d’orgueil sanctifiés, te crie
Qu’enfin le vœu du Verbe en toi s’est accompli !