Page:Lamare - Histoire de la ville de Saint-Brieuc.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’autorité pacifique de ses évêques, ne pouvait prendre à la lutte la même part que les places fortes de la principauté. Elle fut cependant ravagée, mais ce fut à l’occasion d’une querelle particulière, qui existait depuis longtemps entre les familles Du Boisbouessel et de Plédran. Dès 1311, Guillaume Du Boisbouessel et Jean de Plédran avaient échangé leurs gages de duel, gagia duelli, devant la Cour de l’évêque, et il avait fallu l’intervention de la Cour du roi pour arrêter le duel et faire rendre les gages[1]. Cette lutte fut reprise par Pierre Du Boisbouessel et Henri de Plédran, quoiqu’ils fussent tous les deux du parti des Blois. Du Pas prétend, dans des notes recueillies par l’abbé Ruffelet[2], que Henri de Plédran s’empara de la cathédrale, du manoir épiscopal, pilla les biens des chanoines et fit subir aux habitants tant de mauvais traitements qu’il fut excommunié.

Suivant le même historien, l’évêque Guy de Montfort aurait, par amour de la paix, levé cette excommunication portée par son prédécesseur, et institué, en 1353, le sieur de Plédran capitaine de la tour et du manoir de Saint-Brieuc. Ces mots semblent indiquer un lieu fortifié, comprenant probablement l’évêché et la cathédrale. Ces deux édifices communiquaient en effet et formaient, au milieu de la ville, une véritable forteresse où tout le monde se réfugiait en cas d’alarme. Cette fois, les deux ennemis se livrèrent combat dans la place même et le désordre fut bientôt à son comble ; la tour, une partie de l’église et le manoir furent saccagés et brûlés. Enfin Charles de Blois s’interposa et fit rendre leurs biens à l’évêque et au chapitre.

Ce prince venait de sortir de captivité, grâce à la duchesse Jeanne, sa femme, et aux États de Bretagne, qui s’étaient réunis à Dinan, le 29 septembre 1352, pour traiter de sa délivrance. L’évêque Guy de Montfort avait adhéré aux délibérations de cette assemblée, et les représentants de plusieurs bonnes villes y avaient fait apposer « les

  1. Voir les Anciens Evêchés de Bretagne, t. i, p. 19.
  2. Archives Du Bois de La Villerabel.