Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/442

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
440
MÉDITATIONS POÉTIQUES.

Ciel ! que vois-je ? C’est toi ! c’est ton ombre sanglante !
Quel regard !… Son aspect m’a glacé d’épouvante.
Pardonne, ombre fatale ! oh ! pardonne ! Oui, c’est moi.
C’est moi qui t’ai porté tous ces coups que je voi !
Quoi ! depuis si longtemps ! quoi ! ton sang coule encore !
Viens-tu pour le venger ?… Tiens…

Il découvre sa poitrine, et tombe à genoux.

Viens-tu pour le venger ?… Tiens…Mais il s’évapore !…

La Pythonisse disparaît pendant ces derniers mots.