Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/516

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
514
MÉDITATIONS POÉTIQUES.


Mais toi, si tu viens jeune encore,
Au bras de l’époux qui t’adore,
Voir une marguerite éclore
De ce gazon qui fleurit tard,
Dis, en marchant sur ma poussière :
« Celui qui dort sous cette pierre
» Conserve au ciel, dans sa paupière,
» Un rayon qui fut mon regard ! »