Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/517

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CINQUIÈME

MÉDITATION



À M. DE MUSSET


EN RÉPONSE À SES VERS




FRAGMENT DE MÉDITATION
1840


Maintenant qu’abrité des monts de mon enfance,
Je n’entends plus Paris ni son murmure immense,
Qui, semblable à la mer contre un cap écumant,
Répand loin de ses murs son retentissement ;
Maintenant que mes jours et mes heures limpides
Résonnent sous la main comme des urnes vides,