Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



PENSÉES D’ANTAR




« Que vos ennemis craignent votre glaive ! Ne restez pas là où vous seriez dédaigné.

» Fixez-vous parmi les témoins de vos triomphes, ou mourez glorieusement les armes à la main.

» Soyez despote avec les despotes, méchant avec les méchants.

» Si votre ami vous abandonne, ne cherchez pas à le ramener ; mais fermez l’oreille aux calomnies de ses rivaux.