Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE


IV

Une acquisition


Entre les années 1887 et 1890, je fus complètement arrêté et vint bien prêt d’être guéri à tout jamais de mes idées de collectionneur.

J’étais allé demeurer avec mes parents qui s’étaient établis sur une ferme nouvelle au Canada.

Là, je fus trois ans à travailler fort pour défricher de la terre neuve. Pas un instant je n’avais le loisir de faire la moindre lecture.

Après trois ans de cette vie de durs labeurs, m’étant marié, je quittai le toit paternel pour retourner aux États-Unis.

Je m’engageai dans un magasin comme commissionnaire et je faisais la livraison à domicile.

Je travaillais pour un salaire très minime et il me fallait économiser pour me faire un chez-moi.


21