Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

Tôt ou tard, malgré mon éloignement, quand il me sera donné de retourner à Manchester, je m’empresserai de rendre visite à ce temple de douces béatitudes, aux livres, aux vieux bouquins, mes compagnons de silence des jours passés.