Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

l’interdit des autorités gouvernementales canadiennes et la vente en est prohibée.

Or, je crois que l’on a ainsi dérobé au peuple le privilège de s’instruire sur les menées et supercheries de politiciens et autres personnages de marque ou des vendeurs de droit d’aînesse pour des promesses jamais tenues.

La paternité de ce recueil est attribuée au regretté Mgr Laflèche, qui est demeuré grand dans l’estime des Canadiens français. Celui-là connaissait les aboutissants de toutes les bassesses des petits et des grands.