Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE


XI

À propos d’autographes


Le bureau d’hygiène de la ville, dans une de ses tournées d’inspection, avait visité une maison de pension et avait découvert, dans un grenier, une quantité de valises et de boîtes remplies de papiers.

L’ordre fut intimé aux propriétaires d’avoir à nettoyer ce grenier qui était un danger permanent pour le feu et pour la santé publique.

Sachant que j’étais amateur de livres, ces gens vinrent me chercher pour me vendre deux valises remplies de livres et de manuscrits.

Ces valises appartenaient à un professeur malheureux qui les avaient déposées là temporairement, mais qui, depuis son départ, n’avait plus donné signe de vie.

Elles contenaient, en grande partie, de bons clas-


49