Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

crie : « Voilà pourquoi votre fille est muette ! » — Sganarelle et vous feriez bien la paire. Et comme dit Lucas, toujours dans la même pièce :

« Palsanguenne, voilà un médecin qui me plaît,
Je pense qu’il réussira, car il est bouffon. »

« Votre raisonnement, docteur, est tout aussi fort, quand vous présentez comme inopportune la venue de M. Bourassa à cause de ce fait que la législature du New Hampshire a adopté « une loi uniforme sur l’éducation qui mettra nos écoles paroissiales sur le même pied que les écoles publiques… » — Quel style ! est-ce la loi qui mettra ou si c’est l’éducation ? Mais qu’est-ce que cela peut avoir à faire avec la conférence Bourassa ? Où avez-vous découvert que celui-ci va nous parler de la loi en question ? Nous avons d’ailleurs toujours été persuadés que nos écoles paroissiales sont égales, sinon supérieures, aux écoles publiques. Et de cela nous pouvons vous fournir la preuve. Vous vous mettez donc à côté quand vous dites d’une loi que vous avez été incapable de comprendre qu’elle va placer nos écoles au niveau des écoles publiques. Vous ajoutez que nous aurons la facilité « d’enseigner et de conserver notre langue. » Espérons que vous serez tout le premier à en bénéficier, car il est évident que vous avez grand besoin d’apprendre le parler français.

« Nous en arrivons aux « perles » que contient votre correspondance. Il y en a deux. La première est formée par votre affirmation que M. Bourassa


66