Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
119
SOUVENIRS POLITIQUES

velle dans le cours de l’après-midi. M. Letellier ne fut pas trop surpris, car l’acharnement de ses ennemis lui avait enlevé tout espoir de succès. Après avoir pris communication du document officiel, il le passa à un ami qui se trouvait avec lui, en disant : « Je m’y attendais et si c’était à refaire, je recommencerais. » Paroles qui font bien voir combien M. Letellier avait été sincère dans l’exercice de la prérogative qu’il avait exercée !

Aussitôt après avoir reçu la nouvelle officielle de sa démission M. Letellier fit mander M. Joly pour lui communiquer la chose. Ce dernier en informa la Chambre qui s’ajourna aussitôt. La nouvelle de la démission de M. Letellier causa à Québec la plus vive impression, car il y jouissait d’une grande popularité. Il avait su pendant son court séjour à Spencer-Wood conquérir l’estime et le respect de tout le monde, en dehors des fanatiques qui avaient réclamé sa tête. Au premier janvier, tous les citoyens s’étaient fait un devoir d’assister à la réception officielle, afin de bien faire sentir combien ils sympathisaient avec M. Letellier dans la persécution organisée contre lui.

La députation libérale toute entière se rendit en corps à Spencer-Wood pour offrir ses sympathies à M. Letellier et l’assurer de son respect, de son dévouement. Voici comment