Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
128
SOUVENIRS POLITIQUES

Cette lettre si admirable fut accueillie par le public avec une profonde émotion. Les adversaires eux-mêmes n’eurent que des paroles élogieuses pour des sentiments si nobles, si élevés. Il n’y eut qu’une exception : ce fut le Canadien. M. Tarte écrivit un article outrageant à l’adresse de M. Tremblay. Il commit la faute impardonnable de frapper sur un moribond incapable de se défendre. Sa conduite fut condamnée par tous les gens de cœur.

Les restes de M. Tremblay reposent à la Malbaie. En passant près du modeste cimetière de cette paroisse, on aperçoit une colonne en granit qui dépasse un peu la hauteur du mur d’enceinte de ce champ des morts. C’est la dernière demeure du brave citoyen qui s’appelait P.-A. Tremblay. Jamais, l’été, pendant mes séjours à la Malbaie, je n’ai passé à cet endroit sans me rappeler avec une admiration véritable les luttes de cet homme si courageux. Paix à ses cendres ! Respect à sa mémoire !

La destitution de M. Letellier avait fait naître chez les conservateurs un violent désir de reprendre le pouvoir. Le premier expédient auquel ils eurent recours ce fut de faire refuser les subsides au gouvernement par le conseil législatif, à la date du 2 septembre. Aussitôt, la Chambre élective s’empressa de protester contre l’acte du conseil : ces résolutions furent votées par 24 contre 21. C’était