Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
151
SOUVENIRS POLITIQUES

avec lui. Aussitôt un mandat fut émané à Montréal contre M. Foote le propriétaire de cette feuille. Il ne montra pas la bravoure de M. Laurier. Il s’empressa de faire de basses excuses qui le couvrirent de ridicule. Ceci se passait le 21 novembre. Quelque temps après une troupe de ministrels donnait une soirée à l’ancienne Salle de Musique sur la rue St-Louis. M. Foote occupait l’une des premières banquettes. Ces faux nègres faisaient toutes sortes de farces, se donnant la réplique au grand amusement de l’auditoire. Tout à coup l’un d’entre eux posa à son copain la question suivante : How many Foot it takes to make an apology ? Only one, répondit l’autre. Cette réponse provoqua un immense éclat de rire dans toute la salle. M. Foote rouge jusqu’aux oreilles, sortit de celle-ci au milieu des huées et des sifflets.

Tout l’intérêt était maintenant concentré sur le procès de M. Laurier qui dura plusieurs jours. Le public en suivait les péripéties avec une attention très marquée. Après de nombreuses passes d’armes, les jurés rendirent leur verdict le 12 novembre à dix hrs. du soir. Neuf d’entre eux était favorables à l’aquittement et les trois autres voulaient condamner l’accusé. C’était une victoire pour M. Laurier et ses amis et un cruel échec pour le parti des sénécaleux comme on les appelait alors.