Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
165
SOUVENIRS POLITIQUES

manière solennelle une déclaration qui devra faire taire nos adversaires s’ils sont honnêtes, et en même temps rassurer nos amis que certains événements qui se passent actuellement en Europe, pourraient rendre inquiets. Qu’on le sache donc une fois pour toutes : nous répudions toutes les doctrines impies, révolutionnaires ou socialistes qui bouleversent le vieux monde. Nous sommes pour les libertés et nous condamnons tous ceux qui les foulent aux pieds et cherchent à les écraser par des persécutions religieuses ou politiques.

« Nos ennemis ont cherché de tout temps à nous compromettre, ils nous ont prêté des principes que nous ne professons pas et nous ont reproché des idées que nous n’avons jamais émises. »

Cette déclaration si positive de M. Mercier produisit un excellent effet ; elle commença à dissiper les préjugés nombreux que l’on avait amoncelés sur la tête des libéraux. C’était le commencement de l’œuvre d’apaisement et de conciliation qu’il devait accomplir plus tard. Profondément patriote, désireux de mettre un terme aux divisions religieuses qui nous avaient séparés pendant si longtemps, M. Mercier avait cru avec raison que le moyen d’arriver à son but, c’était de rassurer le clergé au point de vue politique et religieux. Il voulait réunir toutes les forces vives de notre province afin