Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
SOUVENIRS POLITIQUES

Justice : il lui fallut se taire réélire dans le comté de Jacques-Cartier. Le clergé lui fit une guerre à outrance. Le dimanche qui précéda la votation, le curé de l’Isle Bizard dit à ses paroissiens que s’ils n’écoutaient pas la parole de Dieu dont il était l’interprète, ils seraient damnés. Il pria ses paroissiens de se rappeler qu’il y avait eu dans le cours de la semaine deux morts subites dans la paroisse et il leur demanda si ces gens-là étaient bien préparés pour le jugement. « Vous aussi, ajouta-t-il vous pouvez aussi mourir subitement, et, allez-vous vous préparer à rencontrer Dieu votre Souverain Juge en votant pour les ennemis de l’Église ? »

Le procès en invalidation de l’élection de Berthier révéla les mêmes abus. Il fut prouvé que cinq des curés s’étaient servi de la chaire et du confessionnal pour influencer les électeurs contre le candidat libéral. Ils dénoncèrent ce parti comme dangereux, anti-catholique, condamné par l’Église ; ils prêchèrent aux électeurs que voter pour le candidat libéral, c’était mettre leur salut en danger et s’exposer au refus des sacrements. Un témoin jura qu’un curé avait déclaré du haut de la chaire que de treize ou quatorze cents communiants, cinq ou six cents seulement étaient dignes d’approcher de la Sainte Table. « Si le chef de la famille, ajouta-t-il, a voté pour les libéraux, la femme