Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
202
SOUVENIRS POLITIQUES

nommé shérif à Québec et le comté de Lévis devint vacant. La défection de M. Paquet en 1879 avait fait de ce comté une citadelle conservatrice. Nous décidâmes tout de même d’y engager la lutte. L’Événement annonça un samedi soir que M. Jos.-Ed. Roy de Lévis, un homme de grands talents, un écrivain de valeur, poserait sa candidature le lendemain, après la messe à Notre-Dame-de-Lévis, le boulevard des conservateurs. Je me rendis chez mon ami F.-X. Lemieux, dont le nom était mentionné comme candidat et je lui proposai d’aller rencontrer M. Roy. Il accueillit l’idée avec enthousiasme et nous voilà en route pour Lévis. Nous nous rendîmes chez M. J.-B. Michaud où nous trouvâmes plusieurs de nos amis qui furent un peu surpris de notre audace, car dans ce temps-là les orateurs libéraux n’étaient pas admis à parler à cet endroit.

L’assemblée avait lieu à la résidence du Dr Blanchet qui avait été nommé collecteur des douanes quelques mois auparavant. M. Lemieux dut me quitter pour se rendre à St-Henri où devait se faire le choix du candidat libéral.

M. Roy fit un joli discours dans lequel il sollicitait le mandat du comté, sans toutefois se déclarer candidat du gouvernement Mousseau, tant celui-ci était déjà discrédité. Dès qu’il eut terminé, deux ou trois amis, obéissant aux instructions reçues, m’appellèrent à pren-