Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
204
SOUVENIRS POLITIQUES

Encouragé par le succès que j’avais remporté à Notre-Dame, l’Électeur lança un défi à M. Mousseau qu’il invita à venir rencontrer M. Mercier au même endroit le dimanche suivant. Toute la ville de Québec et une grande partie du comté de Lévis assistèrent à ce tournoi d’un nouveau genre. M. Mercier remporta un succès colossal qui jeta du courage dans tous les cœurs. L’élection fut remportée d’emblée. Cette victoire porta le dernier coup à M. Mousseau.

Pendant cette élection M. François Langelier prononça à St Joseph de Lévis un discours qui produisit une profonde impression et qui rend bien la mentalité politique des libéraux à ce moment-là. Voici le résumé de cette harangue tel que je la trouve dans l’Électeur du 6 novembre :

… « Vous vous trompez si vous me croyez venu pour solliciter vos suffrages. Votez pour qui vous voudrez, je ne veux pas vous en faire de reproche à l’avance. Les soucis de la cabale électorale disparaissent à mes yeux devant l’image de notre malheureuse province, déjà plus qu’a moitié minée par des dilapidateurs qui se font un jeu d’exploiter la confiance populaire.

« Vingt années, de luttes incessantes, d’efforts restés inutiles, hélas ! pour éclairer l’élec-