Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
206
SOUVENIRS POLITIQUES

« Entendez-vous les applaudissements enthousiastes que reçoivent sur toutes les tribunes du pays les orateurs de l’opposition ? Et pourtant, quelles déceptions nous réserve trop souvent le dépouillement des votes !

« Est-ce donc la une méprisable comédie ? Des électeurs canadiens-français peuvent-ils se moquer ainsi de ceux de leurs compatriotes qui défendent aussi courageusement leur cause ? Non sans doute ; la masse est sincère, elle s’afflige comme nous, bien souvent plus que nous, des démentis outrageants que donnent les dépouillements de scrutin aux succès des hustings.

« Mais il suffit de quelques voix achetées pour composer une faible majorité à un parti décidé à tout pour empêcher qu’on ne fasse la lumière sur ses infamies. Les misérables qui se vendent ainsi ne songent peut-être pas, quand on leur donne dans l’ombre le prix de leur honte, que pour chaque piastre ainsi gagnée, ils s’exposent, et non seulement eux-mêmes, mais tous les électeurs, à s’en faire arracher dix par ceux qui les gouvernent en les corrompant !

« On dirait qu’un voile épais empêche la vérité de paraître aux yeux d’un nombre trop considérable d’électeurs. Patience ! quand les finances publiques seront totalement épuisées, qu’on ne pourra plus recourir aux emprunts à