Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
208
SOUVENIRS POLITIQUES

ressources du raisonnement sans résultat pratique !… Car nous en sommes rendus là… Il y a dans l’Assemblée Législative une majorité servile, aveugle et sourde, fidèle image de la majorité fourvoyée par l’argent et le préjugé qui l’a élue. On a vu le talent s’élever devant elle à des hauteurs invraisemblables ; l’éloquence a pris pour lui parler ses accents les plus sublimes, tantôt pour l’attendrir en faisant appel à ses sentiments, tantôt pour la convaincre en la foudroyant par la logique, tantôt pour lui faire honte en cherchant à réveiller en elle le sens de l’honneur. À quoi ont abouti tous ces splendides efforts qui ont eu du retentissement jusqu’aux extrêmes confins de la province ? Arrière ! C’est comme si l’on eut parlé à d’inertes statues ! Pas un mot ! pas un signe de vie ! pas un geste de colère quand on les flagellait ! pas un bon mouvement quand on les convainquait de leurs torts ! Devant de pareils spectacles, quel est l’homme de bien, aimant véritablement son pays, qui ne se sente gagné par l’amertume, qui puisse se défendre d’un demi-découragement. »

M. Langelier poursuivit son discours sur ce ton à la fois mordant et sévère, interrompu à tout instant par les applaudissements de la foule dont l’émotion était visible. L’orateur en exposant aussi vivement ses propres désillusions, la tristesse patriotique qui l’ani-