Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
SOUVENIRS POLITIQUES

ritée, et qui ne saurait être que l’extension à tout le peuple, et à brève échéance, des conséquences naturelles de cet acte de trahison. »

« Et c’est précisément ce qui commence à se réaliser au sein même de la province de Québec où de tous côtés, la franc-Maçonnerie se porte à l’assaut des œuvres catholiques et nationales. »

Voilà qui est clair n’est-ce pas ? notre pays est menacé dans ses sources de vie. Notre peuple est condamné aux pires maux. Je ne voudrais pas être à la place de cet abominable Laurier qui nous a préparé tous ces désastres ! La terre finira par s’entrouvrir pour l’engloutir tout vivant ; c’est le seul moyen pour les Castors de s’en débarrasser.

Et, les évêques qui laissent faire tout cela sans protester, ne sont-ils pas, eux aussi de grands coupables ? La Vérité ne le dit pas ouvertement, mais elle l’insinue assez clairement. C’est toujours la vieille histoire : cette feuille veut se charger de diriger l’Église et de faire la leçon à ceux qui la gouvernent.

Ces accusations ridicules prirent un tel essor que Mgr Taschereau crut devoir y mettre un terme par un mandement en date du 1er juin, à la suite des dénonciations du Grand Vicaire Hamel.

En voici un extrait :

… « À l’égard d’un catholique l’accusa-