Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
222
SOUVENIRS POLITIQUES

sonne en garde ou pas beaucoup de monde ; et si le serpent est caché dans les champs ou dans les jardins il peut se promener à son aise et opérer.

« Là bas, ils ont des légistes aussi aveugles ou aussi pervers que les nôtres. Par exemple, ils croient au mariage civil et s’attribuent le droit d’y mettre des empêchements dirimants ; ils ne croient pas beaucoup à la propriété ecclésiastique, et se réserve, si cela leur plaît d’y mettre la main dessus ; ils placent les congrégations religieuses sous la coupe du pouvoir civil ; ils s’arrogent des droits sur les paroisses et sur la question des marguillers ; en somme ils ne sont pas loin de croire que leurs églises n’existe sans le bon plaisir de César, et le jour où ce bon plaisir cessera, l’Église devra disparaître. C’est tout le poison du gallicanisme et du libéralisme dont les francs-maçons et les révolutionnaires peuvent réclamer demain la stricte application. »

« Dans les églises du Canada, nous ne connaissons pas assez l’état de l’enseignement des séminaires, les règles d’administration des diocèses, ni les dispositions des esprits au regard de la monarchie des Papes. Mais, nous savons qu’il a été enseigné longtemps, dans les séminaires, que le Pape n’est pas infaillible et que le Concile est au dessus du Pape ; que l’enseignement de la théologie ne doit être ni trop