Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
253
SOUVENIRS POLITIQUES

ne saurait être plus inconstitutionnel, mais nous savons que dans la province de Québec on ne se gêne pas pour si peu de chose. » Nous ne voulons pas que l’on continue ce langage méprisant sur la province de Québec ; nous entendons pratiquer comme nos concitoyens anglais des autres provinces le self government et quand nous représentons ici la majorité de l’électorat, nous prétendons être maîtres de nos destinées ; nous voulons que la voix de cette majorité soit entendue et respectée par tous, par les ministres et même par les gouverneurs.

… « À quel spectacle assistez-vous depuis trois mois ? Vous êtes en face d’un gouvernement à l’agonie qui n’a pas lui-même ni force d’action, ni possibilité de résistance. Comment ce gouvernement s’est-il soutenu malgré la volonté du peuple ? Par cette seule raison que les ministres avaient besoin de son concours pour perpétuer dans la Confédération un régime réprouvé par toutes les provinces. Voilà la vérité. La province est devenue une carte dans le jeu de Sir John Macdonald et tous les principes constitutionnels sont violés pour lui permettre de continuer à nous soumettre à un régime de fraude, de corruption, d’illégalités et d’usurpations.

« Lorsque le meurtre de Louis Riel a été consommé, lorsqu’on a suspendu au gibet la