Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
281
SOUVENIRS POLITIQUES

Canadien se hâta de le rassurer dans les termes suivants :

… « Ceux au nom desquels parle le Herald sont les mêmes qui en 1878 ont applaudi à l’acte de M. Letellier renvoyant d’office un gouvernement qui possédait dans les deux Chambres de la législature la plus solide majorité à laquelle des ministres aient jamais commandé dans cette province. Coupables d’avoir méprisé, prostitué la constitution pour des fins de parti, ils nous pensent capables de renouveller au profil de notre parti leur tentative criminelle : qu’ils se détrompent. Personne occupant une position, responsable dans nos rangs ne songe à rompre avec des principes d’ordre et de respect aux lois qui sont dans les traditions conservatrices.

… M. Angers est venu à Spencer-Wood pour y agir, nous en avons l’absolue certitude, conformément à la constitution. »

Tout cela était bel et bon pour le public, mais en réalité, M. Angers fut nommé pour créer des embarras à M. Mercier, et les événement ont prouvé que les espérances que ses amis avaient reposées en lui n’avaient pas été vaines ! Du reste, l’hon. M. Tarte m’a avoué un jour bien candidement que M. Angers avait été choisi pour déloger M. Mercier du pouvoir à la première occasion favorable ; la chose a-t-il ajouté, avait été décidée à un