Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
283
SOUVENIRS POLITIQUES

cident sans doute, mais qui démontrait bien que M. Angers n’avait pas oublié le passé. Du reste, il l’a bien prouvé plus tard.

La nomination de M. Angers coïncida avec l’ouverture de la conférence inter-provinciale. Toutes les provinces, à part la Colombie britannique et l’Ile du Prince-Edouard avaient accepté l’invitation de M. Mercier. L’ouverture de la conférence eut lieu le 21 octobre, au Palais Législatif.

M. Mercier, après avoir souhaité la bienvenue aux délégués, s’exprima comme suit :

… « Vous avez compris comme nous qu’il n’est ni hors de propos, ni contre les intérêts généraux du Canada, encore moins contre les intérêts particuliers des provinces, de réunir après vingt ans des représentants des gouvernements des différentes parties de la Confédération, dans le but d’étudier certaines questions, lesquelles, à raison de l’expérience de ces dernières années, requièrent une solution pacifique.

Le gouvernement qui a pris l’initiative de la convocation qui nous réunit en ce moment, croit qu’il est de son devoir de déclarer, dès le début, que l’objet de cette réunion ne doit pas être regardé comme hostile ou antipathique aux autorités fédérales ; cette conférence est exclusivement destiné à rechercher et à résoudre, dans l’intérêt général de tout le