Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
SOUVENIRS POLITIQUES


sur les gradins. J’ai pensé alors au Colisée, à son cirque, à ses gradins, et alors naturellement est venu à mon esprit un de ces tableaux, épopée formidable qui font la gloire du peintre, de l’artiste, mais la honte de l’humanité telle qu’elle était il y a dix-huit cents ans. J’ai pensé à ce tableau merveilleux d’un grand peintre « Le Gladiateur vaincu, » qui représente d’une manière si saisissante cet imposant Colisée, ces étages de gradins couverts de milliers de personnes, ces figures de femmes, de jeunes filles, les traits bouleversés par la rage et qui demandaient la mort du gladiateur vaincu, couché sur l’arène, la poitrine écrasée sous le pied pesant de son adversaire. J’ai pensé à ces belles figures de jeunes filles qui avaient perdu tout ce quelles avaient d’humain, tout ce qu’elles avaient de plus beau, et qui en baissant le pouce donnaient le signal de la mort du gladiateur vaincu. Et, je n’ai pu m’empêcher de faire un rapprochement avec ce que je vois ce soir. Je me demande comment les femmes ont pu changer tellement en dix-huit cents ans. Ces femmes qui alors prenaient plaisir à un pareil spectacle, comment peuvent-elles maintenant verser au vaincu le baume de leurs sourires bienveillants ? C’est que le monde devient meilleur de jour en jour depuis qu’il est devenu chrétien.

… « Je savais que mes amis et moi nous