Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
67
SOUVENIRS POLITIQUES

ment se fait-il qu’il ait pu se faire élire pendant si longtemps dans le comté de Lotbinière peuplé en grande majorité par des Canadiens-français ? M. Joly a contribué largement à la construction d’églises catholiques dans sa seigneurie. Est-ce là le fait d’un fanatique.

M. Joly, un homme grossier ? Tous ceux qui l’ont approché, qui l’ont connu ont été à même d’apprécier ses manières de grand seigneur, son exquise politesse et sa courtoisie proverbiale.

M. Joly, un étranger ? Je citerai à ce sujet la noble réponse du Colonel Strange, alors Commandant de la Citadelle, dans le discours qu’il fit au banquet donné en l’honneur de M. Joly :

… « Mes amis, j’ai été fortement surpris de lire dans un de nos journaux que M. Joly n’était pas un Canadien-français, qu’il n’appartenait à aucun pays, et qu’il y a des personnes qui veulent lui nier ses droits de patrie. »

« Mais, qu’est-ce qu’être Canadien-français ? »

Sir George Cartier a défini le Canadien-français un gentilhomme loyal à la Couronne britannique, et qui parle français. Le voilà le type du Canadien-français, ce gentilhomme à côté duquel j’ai l’honneur d’être placé.