Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
88
SOUVENIRS POLITIQUES

des anciens ministres, MM. Angers, Garneau et Baker restèrent sur le carreau. Du côté libéral les pertes les plus sensibles furent la défaite de M. P. A. Tremblay à Charlevoix et celle de M. F. X. Lemieux à Bonaventure.

Ce fut ma victoire à Montmorency qui créa le plus d’enthousiasme, non pas à cause de ma personnalité, mais bien parceque j’avais vaincu M. Angers qui avait réussi à accumuler sur sa tête des haines nombreuses et une grande impopularité. Les citoyens de Québec accoururent audevant de moi à mon retour de Montmorency, accompagnés des députés victorieux, MM. Ross, Shehyn, Rinfret, Pâquet, F. Langelier, Joly, Arthur Murphy, etc., etc. On me fit un triomphe vraiment gigantesque. L’hon. Isidore Thibaudeau était venu me chercher au Chateau-Richer dans son superbe carosse. La procession était si longue qu’au moment où nous traversions le pont sur la rivière St-Charles, les dernières voitures était bien au-delà de l’Asile de Beauport. Lorsque nous entrâmes en ville toute la population, qui s’était portée sur notre parcours, nous accueillit avec un enthousiasme délirant. Ma voiture était littéralement remplie de fleurs quand j’arrivai à mon domicile.

Le Courrier n’entretenait pas à mon égard les mêmes sentiments que cette bonne population de Québec qui m’avait reçu comme un