Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ou prie Deu, le pere esperitable, [*]
Qu’il li doint force et onor et barnage,
Et son seignor Looïs le fill Charle. [*]
340Li apostoiles de neient ne se targe ;
Prist un baston, si le hurte en l’espalle ;
Li cuens se drece, monstre li le visage. [*]


XVII


Li cuens Guillelmes se dreça sor ses piez, [*]
Et l’apostoiles l’en prist a araisnier : [*]
345« Hé ! gentilz om, por Deu le dreiturier, [*]
Et quar me dites se me porrez aidier. [*]
Ja nos requierent paien et aversier,
Li reis Galafres, qui des altres est chiés.
Cil est destreiz qui nos soleit aidier :[*]
350Pris est par force li riches reis Guaifiers,
Il et sa fille et sa franche moillier, [*]
Et trente mile de chaitis prisoniers, [*]
S’il n’ont secors, qui tuit perdront les chiés. [*]
— Hé ! Deus aïde ! » dist li cuens al vis fier.
355De tant de reis se comence a seignier ;[*]
Ses niés Bertrans l’en prist a araisnier :[*]
« Oncles Guillelmes, estes vos esragiez ? [*]
Ainz mais por ome ne vos vi esmaier. » [*]
Respont Guillelmes : « Merci, por Deu, bel niés ; [*]

    — 337 B Ou il prioit jesu le. — 339 Son droit seignor — 342 B Si li tent le visage ; B2 ajoute En seurriant a resgarde le pappe — 343 B se drece — 344 B le prist — 345 B H. g. cuens — 346 B Dites moi sire porriez moi aidier — 349 B destruiz — 351 B sa cortoise mollier — 352 B Et (B2 Bien) .xxx.m. ont pris de prisoniers — 353 B tuit i. p. l. c. — 355 B Contre tant rois qui sosera drecier — 356 B Bertrans lentent sen fu molt corociez Ou voit son oncle sel p. a a. — 357 B O. dist il — 358 B1 Que m. p. ho. — 359 B Merci bel nies por deu le droiturier