Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1465Vuelent rei faire de France a maintenir. [*]
Mais uns frans abes, que Deus puist beneïr, [*]
En une volte del mostier Saint Martin
En a l’enfant ensemble o lui foï.
Ne guardent l’ore que il seient murdri.[*]
1470Hé ! Deus aïde ! » dist li frans pelerins, [*]
« Ou sont alé li chevalier gentil [*]
Et li lignages al pro conte Aimeri ?
Icil soleient lor seignor maintenir. [*]
Par cele crois ou li cors Deu fu mis,
1475Se ge fusse om qui aidier li poïst,
Les traïtors eüsse si laidiz [*]
N’eüssent cure de lor seignor traïr. »[*]
Ot le Guillelmes, s’en a geté un ris ;
Bertran apele, si l’a a raison mis :[*]
1480« Oïstes mais si corteis pelerin ? [*]
Se il fust om qui aidier li poïst, [*]
Ja malvais plaiz ne fust par lui bastiz. »[*]
Dis onces d’or donent al pelerin, [*]
Molt lieement le fait de lui partir. [*]
1485Vait s’en Guillelmes, s’acueille son chemin. [*]
Tant ber fu nez qui plenté a d’amis : [*]
Guillelmes guarde devant lui el chemin, [*]
Venir i veit de chevaliers set vinz. [*]

    — 1465 B de france le pais — 1466 B Mais uns sainz abes — 1469 B que il laient murtri — 1470 A d. l. cuens p — 1471 B li cheualier de pris — 1473 B Qui si soloient — 1476 B eusse malbailliz — 1477 B manque — 1479 B B. a. son neueu si li dist ; C B. a. gautiers si lor a dit — 1480 C Oistes onques s. c. p. ; B Amis dist il por dieu qui ne menti Oistes (B1 Veistes) mais s. c. p. — 1481 C Se i fust qui aidier li peust — 1482 B1 Ja nus mais p. ; A Jamais par els ne fust mal plait basti ; B1 ajoute Et dist bertrans certes il est gentis ; B2 ajoute Bernart respont par foy il est gentis — 1483 C manque — 1484 A le fist ; B1 se fist d. l. p. ; B2 sestoit diluec parti — 1485 C manque — 1486 B qui auques a damis ; C Or entendes dieu vous puist beneir Chieus est aidies qui dieus vielt maintenir — 1487 B2 G. esgarde