Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dès or comencent granz guerres a mener. [*]
Quant veit Guillelmes, li marchis al cort nés, [*]
Qu’en cele terre ne porra demorer,
2675Quar trop i a des enemis mortels,
Il prent l’enfant que il ot a guarder,
Si l’en porta a Loon la cité ;
A cels dedenz le fait molt bien guarder,
Et cels defors et ardeir et preer ;
2680Dont s’acuelt il as granz barres colper,
Et as halz murs percier et esfondrer.
Dedenz un an les ot il si menez
Que quinze contes fist a la cort aler,
Et qu’il lor fist tenir les eritez
2685De Looïs, qui France ot a guarder ;
Et sa seror li fist il esposer.
En grant barnage fu Looïs entrez :
Quant il fu riches Guillelme n’en sot gré.


    — 2672 B1 commencent ; A la guerre a mener — 2673-2688 Pour la fin du poème j’ai adopté le texte de A ; voici de suite les variantes de B1 : Quant voit g. le marchis au cort nez A lui se claime des barons du regne Qui si li gastent sa terre et serite G. lot forment len a pese Lors fist le roi erraument cheminer Droit a laon len a il fet aler A ceus dedenz a fet sur sainz jurer Quil garderont lor seignor naturel Et il si font volentiers et de gre Adonc ni volt li quens plus demourer Ceus qui guerroient commence a trebouler Leur viles proie leur terres fait gaster Tant les a fet par force demener Et leur haus murs pecoier et quasser Dedenz .i. an les a il tiex menez Que .xv. contes a fet au roy aler Du roi leur fist tenir leur heritez Molt bien serui le roy li bachelers Tant en fu bien du roi et du barne Que sa serour li fist il espouser Tous les barons fist a lui acorder En grant barnage fist loeys entrer Ses riches terres li a fet aquiter Riche le fist li vaillanz bacheler Mes ne len sot rois loeys nul gre Si com orroiz se lauez escoute