Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2340« Hé ! jentiex hom, Dieu te soit secourable !
Toz mes cors est en vostre grans barnages. »
Dist Bertrans : « Oncles, por Dieu l’esperitable,
Laissié me faire por vos ceste batalle. »
Et dist li quens : « Ja Damediex ne place
Qu’en lieu de moi .i. autres se conbate ! »
Li quens apele hautement le message.

Li quens Guill. fu droit en son estant,(lix)
Le messagier apela fierement :
« Amis biax freres, » dist Guill. li frans,
2350« Che me dirés dant Guion l’Alemant
Que por bataille mar en ira avant....
.I. chevalier, qui son seignor deffent.
Par vos li mant les trieves fermement.
Ostages voel et asseürement ;
Jes liverrai vers lui tot ensement.
Li quels qui soit vencus ou recreant
Del autre avra trestot le couvenant,
Q’il n’ara garde, por nul homme vivant ;
So jel puis vaintre ne conquerre ens el camp,
2360Que li rois ait tote Romme le grant,
Et la contree et Puille la devant ;
Et se jou sui vencus ne recreans,
A iretage l’avra a remanant,
Et Loeys a son barnage grant,
Outre Mongiu, s’en voist mus et taisans ; [*]
Ja mais cha outre ne clamera plain gant. »
Et dist li mès : « Jou l’otroi et creant. »
Il ist del tré sor le mulet amblant,
Desi a Romme s’en vint esperonant,
2370Par mi la porte i est venus brochant.
Encontre va dans Guis li Alemans ;
Il li escrie, par son fier maltalent :
« Que dist li rois qui justice les Frans ?
— En non Dieu, sire, tous fu mus et taisans.
De soie part fust bien finés li cans,
Car il n’eüst de conbatre talent ;

    — 2365 Ms. : nus e. t.