Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il ne pooit avoir nul de ses Frans
Qui por conbatre vousist prendre le gant,
Quant i survint uns chevalliers vallant :
2380Guill. dient Franchois, mon ensiant,
Gros a le neis et le viaire grant,
Et .i. sien niés, c’on apele Bertran.
Cil dui plaidierent entr’els molt longement
De la bataille dont vos di le samblant ;
Li uns voloit del roi prendre le gant,
Més cil Guill. jura son sairement
Que nus por lui n’en est[e]roit en camp. »
Et respont Guis : « Bien i venra a tans.
Quant j’avrai mort cestui et recreant,
2390Après i viegne chieus que tu dis, Bertrans. »
Dist li messages : « Il veut par couvenant
Que li livrés ostages a talant [*]
Qu’il n’ara garde, por nul homme vivant,
Fors de vo cors et de vos garnimans. »
Et respont Guis : « Couars soit qui deffant ! »
.XX. chevaliers i envoie esraument.
De si au tref vinrent tot maintenant,
Guill. jurent trestot .xx. sairement
Que couvenant li tenront loiaument.
2400Li quens Guill. lor relivre ensement :
Guis d’Alemaigne, a qui la terre apent,
N’i ara garde de trestoute sa gent, [*]
Ne mais de lui et de ses garnimens.
Li quens s’adoube par son grant hardement ;
Il vest l’auberc, lace l’elme ensement.
Li quens Bertrans ot molt le cuer dolent
Por la bataille dont n’ot l’otroiement.
Guill. chainst l’espee au poing d’argent ;
Sor Arondel mont[a] apertement.
2410Il prent la targe et a son col le pent,
Prent .i. espiel afilé et trenchant,
A .v. claus d’or .i. gonphanon pendant.
Le destrier broce, qui les grans saus porprent.

    — 2392 Ms. : o. a tillant — 2402 Ms. : N’i a regarde